Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2015

Papa OU maman : une comédie grincante et décapante !

 

Lundi dernier, j'ai eu la chance d'aller voir en avant première PAPA OU MAMAN, le premier film de Martin BOURBOULON.

 

ob_9337b3_capture.jpg

 

A vrai dire, je n'étais pas complètement emballée par le sujet avant d'y aller. Je craignais que le trait soit trop forcé, au risque de tomber dans le caricatural ou que cela soit trop policé, au risque d'être barbant.

 

Mais au final, rien de tout cela, bien au contraire même.

J'ai rigolé du début à la fin. Cela faisait longtemps que je n'avais pas autant ri devant un film. Cette comédie, à la fois grinçante et décapante, repose sur une idée originale. 

Le sujet pouvait s'avérer sensible, voire miné, mais le réalisateur a réussi à déjouer tous ces pièges avec brio : cela reste caustique et terriblement amusant, sans jamais basculer dans le trash.

 

Et les deux acteurs, Marina FOÏS et Laurent LAFITTE sont incroyables. Ces derniers se connaissent depuis longtemps et cette intimité ressort à l'écran, leur permettant de jouer à merveille ce couple de quadra, un brun névrosé, en plein pétage de plombs après des années où tout a toujours été sous contrôle.

 

  

Le pitch

Florence et Vincent Leroy ont tout réussi.
Leurs métiers, leur mariage, leurs enfants. Et aujourd’hui, c’est leur divorce qu’ils veulent réussir. Mais quand ils reçoivent simultanément la promotion dont ils ont toujours rêvée, leur vie de couple vire au cauchemar. Dès lors, plus de quartier, les ex-époux modèles se déclarent la guerre,
et ils vont tout faire pour NE PAS avoir la garde des enfants.

 

C'est vraiment un gros coup de cœur et je vous conseille vraiment d'y aller sans hésiter. Vous aurez la garantie de passer un bon moment

Au cinéma à partir du 4 février

05:00 Publié dans Rubrique à Brac | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinémla, papa ou maman | |  Facebook |

----------------------------- ? -----------------------------

12/01/2015

Mon bébé, ce grand garçon ...

 

"Oh toi tu sais, tu es mon petit bébé d'amour.

- Bah non Maman !

- Ah bon ? Tu n'es pas mon bébé d'amour ??! 

- Non, je suis ton grand garçon d'amour"

 

Sa réponse, du tac au tac, m'a toutefois laissée pantoise.

En effet, j'ai toujours l'impression que la briochette est née hier. Je revois alors son petit air joufflu et ses cuissots bien potelés. Je repense à sa façon de se caler au creux de mes bras pour prendre sa dose de câlins. Et je me me rappelle de cette façon bien à lui de planter son regard dans le mien. 

Mais je dois bien admettre que mon bébé cadum s'est transformé en petit blondinet, malicieux, qui adore explorer son monde et faire les 400 coups.

 

 

Ma briochette - qui détient son surnom des deux brioches qu'il avait en guise de joues à la naissance - a maintenant la langue bien pendue et peut passer des heures à me raconter des tas de choses, parfois insolites et parfois plus profondes. Il se pose des tas de questions, s'amuse d'un rien et adore arborer son petit air narquois pour mieux nous faire tourner en bourrique.

 

Mon bébé a indéniablement grandi.

 

J'avais pourtant plusieurs indices sous les yeux pour mieux appréhender ce pic de croissance impromptu :

- il n'y a plus de paquet de couches à la maison depuis bien longtemps déjà et la cuvette des toilettes est constamment levée 

- je ne fréquente plus les rayons "bébé" de Monoprix (ah désespoir) et ne compte plus les tailles en mois mais bien en âge révolu.

- je ne prends plus le chemin de la crèche (ce petit cocoon si agréable) et à la place des comptes-rendus journaliers ultra détaillés, je suis passée à cette grande nébuleuse "Qu'est-ce que tu as fait mon chéri aujourd'hui ? - Euh ... je sais pas, j'ai oublié" (ahem)

- ... 

 

Alors oui, mon bébé a bien grandi ...

 

Toutefois, il a toujours cette façon de se frotter le nez avec son doudou quand la fatigue commence à le saisir, cette odeur de brioche au sucre glacé dans le creux de son cou, cette manie de hausser les sourcils tout en esquissant un large sourire et cette habitude de fermer un oeil quand le soleil pointe son nez.

Mais surtout il a gardé cette façon de m'attraper le visage pour y planter son fameux "biyousse", avec cette vigueur qui m'empoigne le coeur.

 

Mon bébé, mon grand garçon.

 

 

a1.jpg

 

 

 

21:21 Publié dans Rubrique à Brac | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |

----------------------------- ? -----------------------------

Debout, ensemble

 

Avant de reprendre ma plume numérique pour vous conter des choses futiles et distrayantes, visant à rendre notre quotidien plus doux, j'avais juste envie de commencer cette semaine en vous parlant de la marche républicaine de la veille.

 

Comme beaucoup d'entre vous, j'ai été profondément émue devant une telle marée humaine, brandissant des messages de solidarité, des messages de fraternité, des messages de liberté.

 

Cette journée historique, forte en symbole, réunissant une foule bigarrée et dépassant les frontières, nous a permis de nous lever ensemble, de scander des messages d'égalité, de liberté. Des valeurs inaliénables, pour lesquelles nous devons toujours être les garants, les défenseurs.

 

J'espère que ce réveil n'est pas un simple sursaut et que nous continuerons à être Charlie car il nous reste de nombreux défis à relever, main dans la main. 

 

1661573_724171197696080_34376915_n.jpg

 

Illustrations IRIS DE MOUY, de son ouvrage En route pour la Tour Eiffel

 

10:34 Publié dans Rubrique à Brac | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

----------------------------- ? -----------------------------

09/01/2015

Parce qu'on est libre, parce qu'on est solidaire

 

D'habitude, je viens ici pour vous parler de choses futiles et récréatives, pour badiner avec la mode ou encore pour partager avec vous un meli-mélo de bons plans.

 

Cette bulle récréative, cette parenthèse enchantée, j'y tiens. Elle me permet de saupoudrer mon quotidien de douceur.

 

Or, aujourd'hui, je n'arrive pas à me réfugier dans cette bulle.

Aujourd'hui, je suis triste et complètement hébétée.

Accablée de voir ces évènements tragiques se dérouler, triste de voir que des personnes se sont attaquées à des principes fondamentaux, à des valeurs inaliénables, à des libertés que l'on croyait inattaquables.

 

J'ai encore du mal à réaliser que l'humour peut tuer, que les dessins peuvent vous condamner, notamment dans le pays des lumières où l'on brandit la liberté d'expression en étendard.

Face à ces actes abjectes, inacceptables, j'ai une pensée pour ces hommes qui se battent pour exprimer leurs idées, à ces hommes courageux qui choisissent comme arme leur stylo pour répliquer aux balles des lâches, à ces hommes d'exception qui deviennent immortels, à ces combattant des libertés. 

 

Aujourd'hui, la meilleure façon de leur rendre hommage est de nous rassembler pour faire front, pour préserver nos libertés. Le pire serait donc de céder aux sirènes des amalgames et des stigmatisations, en se trompant de combat.

Nous sommes tous Charlie, ne l'oublions pas.

 

charlie-et-simon.jpg

Stéphanie Blake

17:13 Publié dans Rubrique à Brac | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |

----------------------------- ? -----------------------------